12 jeunes femmes assassinées près de Mâcon

Le triangle de la mort

12 jeunes femmes assassinées au même endroit, dont deux Liégeoises, près de Mâcon.

MÂCON : Sylvie, Christelle, Nathalie, Carole, Christelle, Virginie, Vanessa, Anne-Sophie, Marie-Geneviève, Marthe, Marie-Agnès et Françoise.

Lire également : Concours : gagnez 4 places de cinéma !

En tout, 12 jeunes femmes ont été assassinées dans une zone très exiguë située près de Mâcon, en France. On appelle désormais l’endroit le triangle de la mort. Parmi les victimes, deux Belges originaires de Liège.

Le premier crime s’est produit en 1984. Au fil du temps, les disparitions inquiétantes et les macabres découvertes se sont multipliées. Et jamais, au grand jamais, ces drames n’ont été élucidés. Pas une arrestation, pas une condamnation. Rien. Rien du tout.

Aujourd’hui, les familles des victimes s’associent. Créer une cellule d’enquête, c’est leur souhait. Pour que la vérité éclate, un jour. Même 21 ans après.

Lire également : Plus de 123,2 millions d’euros reçus en 2017 par les principales organisations syndicales et patronales

La fille de Marie Pichon a été assassinée en 1986. Christelle avait 16 ans. Elle revenait du collège, puis découverte dans une cave. Tuée de 33 coups de couteau. «Après 19 ans d’attente, je suis épuisée, explique-t-elle à nos confrères français du Parisien. Mais je n’arrêterai pas de me battre, pour mes deux autres enfants. L’impossibilité de mettre un nom sur l’assassin de ma fille, c’est terrible. Le meurtre de ma fille a détruit ma vie.»

Des vies détruites, des existences brisées. Et la justice, dans tout cela. À ce niveau, la France ne se porte manifestement pas mieux que la Belgique. Que du contraire. Des scellés de prélèvement biologique ont été détruits. Pourquoi? Dossier classé sans suite, nous dit-on! Voilà comment on traite dans l’Hexagone une affaire criminelle…

«Tous les rapprochements utiles ont déjà été faits», affirme le procureur de Chalon. Le parquet de Mâcon évoque des gesticulations d’avocats. Incroyable, lorsqu’on entend les dysfonctionnements.

Aucune communication et échange entre les juridictions. Voilà le problème. Or, le ou les tueur(s) en série oeuvrai(en)t sur une zone, certes restreintes, mais à cheval entre 2 arrondissements judiciaires. «La justice travaille de façon archaïque, affirme l’avocat des familles des victimes. Aucun rapprochement n’est assuré. La justice se donne les moyens d’échouer car elle détruit des scellés!» 21 ans après le premier drame, à savoir la disparation des deux jeunes Liégeoises, l’enquête n’a pas avancé d’un centimètre, d’un millimètre. Rien de concret. Rien du tout. Absolument rien. Désolant.

(29/12/2005) Philippe Boudart via dhnet

Aire d’autoroute maudite

Le tueur manie le poignard et aime les endroits isolés.

MÂCON : Souvent, les victimes ont été lacérées de coups de couteau. 1986: Christelle Maillery, 16 ans, frappée de 33 coups de couteau. 1990: Carole, 13 ans, poignardée à 4 reprises au thorax. 1996: le meurtrier a porté 113 coups de couteau à sa victime, Christelle.

Autres similitudes, plusieurs victimes ont été retrouvées les poignets liés. Ou encore étranglées avec un fil électrique.

Et puis la maudite aire d’autoroute A 6, entre Chalon-sur-Saône et Mâcon, l’autoroute du Soleil, celle que vous empruntez pour vous rendre dans le sud de la France. À 15 jours d’intervalle, 2 crimes se sont produits sur une distance de 3 km.

Nathalie Maire avait 18 ans lorsqu’elle a été retrouvée le 3 septembre 1987, sur cette aire d’autoroute. La jeune fille avait trouvé un job sur l’A 6 où elle tenait une échoppe dans laquelle elle vendait des boissons et des sandwiches.

Des touristes ont entendu des éclats de voix. Puis, un jeune homme partir dans une grosse voiture claire. Une paire de lunettes est retrouvée. L’argent de la caisse aussi. Le mobile n’est pas le vol.

La jeune femme s’est farouchement battue. Le tueur prit le temps d’élever le son de la musique du stand, pour camoufler le bruit.

Chose plus effrayante, Nathalie Maire avait témoigné, 15 jours plus tôt, dans le cadre du meurtre de Marthe Buisson, 16 ans. L’adolescente a été enlevée, puis éjectée d’une grosse voiture blanche. La victime est retrouvée sur la bande d’arrêt d’urgence, le crâne fracassé, à 3 km de l’aire maudite.

Avant cela, deux autres jeunes femmes ont miraculeusement survécu après avoir été agressées sur l’aire d’autoroute, battue et laissée pour morte sous un pont près de l’aire maudite.

Le meurtrier n’a jamais été arrêté.

(29/12/2005) Philippe Boudart via dhnet

Retrouvez plus de détails et d’informations sur ces affaires sur ce forum.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Articles Similaires