Comment l’accrobranche peut aider les acrophobes

La peur du vide ou des hauteurs porte un nom : l’acrophobie. Comment fait-on pour vivre avec cette peur qui peut être handicapante ? Est-il possible de contrer le processus ? Aujourd’hui, on vous parle de l’accrobranche et de la manière dont cette activité peut aider les acrophobes.

A lire en complément : Le saviez-vous ?

Acrophobie : ce que c’est exactement

L’acrophobie ne doit pas être confondue avec un simple vertige. Ce mot nous vient du grec “acro“, un préfixe signifiant la hauteur, et de la phobie, qui signifie la peur et l’effroi. L’acrophobie est reconnue comme l’une des phobies les plus difficiles à maîtriser : c’est la peur irrationnelle et incontrôlée du vide et des hauteurs.

L’acrophobie va nettement plus loin qu’un vertige, dans le ressenti et dans ce que la personne qui en souffre traverse, lorsqu’elle se trouve en pleine crise. Cette peur empêche notamment les acrophobes de monter sur des manèges à sensations, ou de partir en randonnée en pleine montagne.

A lire également : Jouer de façon responsable

Des symptômes variés

Traverser un ravin, passer sur un pont, escalader un roc… Parfois, les déplacements les plus simples dans des escaliers, sur une échelle ou un balcon peuvent être très problématiques.

Les symptômes qui reviennent le plus fréquemment chez les acrophobes seront une incapacité totale à bouger et la paralysie face au défi. L’anticipation crée une anxiété terrible et maladive, qui peut aller jusqu’à la crise d’angoisse, avec difficultés à respirer, en fonction du degré de gravité de la phobie. Les acrophobes consultent des ORL afin de savoir si leur oreille interne ne souffre pas d’un dysfonctionnement qui serait responsable de leur acrophobie.

Une phobie n’est pas une fatalité

Les symptômes peuvent aussi être ravivés suite à un traumatisme passé. Mais saviez-vous que les phobies ne sont pas des fatalités ? Face à la fuite, à l’évitement et à la panique, d’autres réponses sont possibles et peuvent être générées par le cerveau à force de travailler dessus.

Avec une compréhension profonde et raisonnée de la nature du problème, on peut exorciser la peur. Et c’est le pari lancé par certains parcs d’accrobranche. 

Dépasser l’acrophobie avec l’accrobranche

Et s’il était possible de contrer les anticipations des peurs en prenant les devants ? On parle bien de soigner le mal par le mal : soigner son acrophobie avec l’accrobranche, ce serait peut-être possible ! Selon des psychologues, il est intéressant de se confronter à sa phobie afin de la dompter, de la comprendre.

Sophrologie, hypnose, psychothérapie, thérapie cognitive et comportementale (TCC)… Mais aussi des outils plus concrets comme l’accrobranche, peuvent aider un acrophobe à mieux gérer sa phobie des hauteurs et du vide. 

Le principe est simple : se confronter à ce qui nous fait sans doute le plus peur au monde, afin de rationaliser, petit à petit, la peur, en l’amadouant. C’est un pari à prendre, certes, mais on ne saura jamais qu’en essayant et en se lançant dans l’aventure.

Alors, prêt à réserver un accrobranche en famille ou entre amis, dans un cadre sécurisé ? Des professionnels vous accompagnent et comprennent la problématique en jeu. C’est peut-être l’occasion de tenter l’expérience et de se dépasser. Bon courage !

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Articles Similaires