Une charcuterie et une fromagerie de Saint-Arnoult-en-Yvelines attaquée par des extrémistes végans

Ce 18 septembre, le réveil a été douloureux pour les propriétaires d’une charcuterie et d’une fromagerie de Saint-Arnoult-en-Yvelines. En effet, ils ont vu leurs commerces vandalisés par des individus qui se définissent comme des extrémistes végans. Cette forfaiture a eu lieu entre la nuit de 17 au 18 septembre à 3 heures du matin. Ces derniers ont cassé les vitres des magasins tout en inscrivant sur les façades «?stop répression, stop spécisme?». C’est d’ailleurs cela qui a conduit les autorités compétentes pour cette affaire sur la piste des extrémistes végans.

De nombreuses destructions

Les végans sont un groupe de personnes qui ont décidé de ne plus consommer tout produit venant de l’animal. C’est un niveau plus prononcé de végétarisme, car ces derniers ne consomment ni œuf ni lait. De plus, ils se définissent comme les défenseurs de la cause animale. Toutefois, une petite partie pousse souvent le bouchon un peu loin en effectuant des actes de vandalisme dans des lieux tels que les charcuteries. Ce fut le cas lors de la nuit du 17 au 18 septembre.

Toutefois, il faut noter que c’est la première fois qu’une fromagerie est prise pour cible dans ce cas de figure. Ainsi, plusieurs dégâts ont été constatés. On a des vitres brisées et d’autres caillassés. Les propriétaires ont ainsi subi de très grosses pertes à cause de ces individus. De ce fait, la police est rapidement intervenue et a ouvert une enquête afin de mettre la main sur les coupables.

Une peur installée chez les riverains

La forfaiture causée était d’une telle violence qu’elle a réveillé les riverains. Lors de leurs témoignages, on a pu constater la peur et surtout la colère qui s’affichait sur leurs visages. Le couple propriétaire de la charcuterie a tenu à affirmer : «?on a entendu, car on habite dessus, on est descendu et ils avaient aussi explosé toutes les bouteilles de vin. Qu’ils ne mangent pas de viande, c’est leur choix?! Mais qu’ils ne viennent pas manger la liberté de ceux qui veulent en consommer?» ce message est à la fois rempli de colère et de déception. De l’autre côté de la rue, on entendait certains riverains dire «?Que l’état se bouge?». Toute cette frustration due à cette mésaventure montre à quel point cette forfaiture n’est pas du goût de tout le monde. Toutefois, une enquête a été ouverte et il est très probable que la police trouvera les coupables de cet acte odieux.

Articles Similaires

0 0 0 0